Aller au contenu principal
Groupement des industries de santé
et du Médicament de la région auvergne

Aptys Pharmaceuticals renforce le développement de son antalgique

Aptys Pharmaceuticals renforce le développement de son antalgique avec l’arrivée d’un nouveau partenaire financier.

La crise des opioïdes aux USA et en Europe a mis en évidence ces derniers mois les problèmes de tolérance et d’addiction posés par les traitements antalgiques à base d’opioïde. Le manque d’un produit antalgique puissant sans ces inconvénients dans l'arsenal du traitement de la douleur se fait dorénavant d’autant plus criant.

Aptys Pharmaceuticals, spécialisée dans le développement de formulations et de méthodes d’analyse pour l’industrie pharmaceutique et les biotechnologies, ambitionne de combler ce vide avec le développement d'une forme orale composée de deux antalgiques non opioïdes qui a pour vocation de traiter les mêmes douleurs, qu’elles soient modérées à sévères.

L'entrée au capital de Pierre-Marie Defrance, ancien propriétaire du groupe pharmaceutique français IPRAD, va contribuer, avec un investissement de 800k€  en plus des fonds publics déjà obtenus, au financement de ce projet phare de recherche qui s’inscrit dans un marché estimé à environ 1 milliard de dollars en Europe et 3 à 4 milliards au niveau mondial.

Après l'accord de co-développement signé avec Unither pharmaceuticals en 2017, l'arrivée de Monsieur Defrance au capital d'Aptys souligne à nouveau la pertinence de ce projet.

Aptys Pharmaceuticals reçoit la pré-qualification de l’OMS pour son laboratoire de contrôle de la qualité.

Spécialisée dans le développement de formulations et de méthodes d’analyse pour l’industrie pharmaceutique et les biotechnologies, Aptys Pharmaceuticals a reçu en juillet dernier la pré-qualification de l’OMS pour son laboratoire de contrôle de la qualité.

Celle-ci-vient compléter l’approbation déjà octroyée à l’entreprise en 2017 par l’ANSM.
Aptys figure désormais sur la liste des laboratoires agréés par les Nations Unies et peut ainsi répondre aux sollicitations des organismes internationaux humanitaires et des structures nationales de santé.